Journée bien-être et santé

N’hésitez pas à me contacter pour tous renseignements complémentaires ou pour réserver votre place, samedi 13 Octobre 2018 de 9 heures 30 à 17 heures .

Cette journée se déroulera autour du bien-être et de la santé en général :
comment préserver son capital jeunesse ou retrouver sa vitalité grâce à des moyens sains et naturels!

Je proposerai une autre date en semaine si cela vous intéresse .

Je vous attends .

Se préparer à l’automne

D’ici une dizaine de jours, nous serons en automne . Et oui déjà ! Et ce n’est pas une période de tout repos pour notre système immunitaire. Certains virus apprécient les tempèratures encore un peu douces et l’air humide de cette saison.
D’autant qu’un certain nombre de déséquilibres énergétiques se créent au niveau du poumon et du gros intestin, les deux organes liés à l’automne. Ces déséquilibres énergétiques se retrouve tant au niveau respiratoire qu’au niveau du transit intestinal : rhumes à répétition, pâleur, problèmes de peau, constipation et colites, épaules voûtées et refermées, respiration courte, essoufflements, soucis des choses matérielles du quotidien…
Le poumon et le gros intestin étant les organes en lien avec le monde extérieur, ces déséquilibres s’accompagnent souvent d’une sociabilité difficile et d’un caractère quelque peu casanier.
Pour les résoudre ou pour les prévenir, cherchez à stimuler ces organes par les différents moyens qui existent : exercices respiratoires, étirements des méridiens, alimentation de saveur piquante, propice au poumon. Les promenades renforceront les Poumons en cette saison. Par cela, elles favorisent leur capacité « émonctoire ».
Le Gros Intestin est le second organe qui est lié, avec les Poumons à la saison automnale. C’est donc sur lui que nous pouvons aussi concentrer notre attention. Le Dr Kousmine a montré comment le Gros Intestin est, avec le Foie, le lieu privilégié où se stockent les déchets de notre corps. L’hygiène intestinale, c’est-à-dire préserver un Gros Intestin propre, est ainsi un des piliers de sa méthode. Les lavements intestinaux, pratiques traditionnelles aujourd’hui oublié, sont ainsi bienvenues. Il s’agit de nettoyer par l’injection d’eau dans le colon, les dépôts qui se forment le long de l’intestin (principalement le Gros Intestin) qui créent un milieu pathogène et inflammatoire provoquant notamment douleurs du colon, selles irrégulières, gaz et plus généralement à l’encrassage généralisé du corps. (Laurent Berthelot)
Ensuite, on peut doper son système immunitaire côté assiette:
*pensez à la gelée royale, le propolis, le pollen (attention aux personnes allergiques au pollen)
*le pépin de pamplemousse ou l’acérola utiles pour renforcer les défenses immunitaires
*le magnésium qui stimule les défenses de l’organisme: chocolat noir, fruits de mer, fruits à coque, légumes secs, céréales complètes…
*les probiotiques: produits laitiers fermentés (yaourts), choucroutes, miso et la levure de bière.
Dernière phase dans ce cheminement automnale pourrait s’intituler : développer son intériorité. Pensez pour cela à la méditation.
Et n’oubliez pas faites une petite marche, le WE par exemple, durant laquelle vous laissez les sensations (odeurs, couleurs, sensation de fraîcheur et d’humidité, la brise légère sur votre visage) vous affecter, vous nourrir en conscience. Réservez-vous ce temps de marche . Vos Poumons se régaleront et se renforceront au contact de cet air pur et frais des forêts.

Onagre ou Bourrache

Onagre ou Bourrache? J’ai toujours autant de difficulté à choisir entre l’une ou l’autre et je me rabats souvent sur un complément où les 2 sont mélangées à parts égales.
Mais sinon laquelle choisir? l’une ou l’autre, l’une plus que l’autre, l’une avec l’autre ? Petite revue des spécificités de chacunes.
L’Onagre : la plante a été « apprivoisée », sa culture mise au point, et c’est dans ses graines minuscules ( 1 000 graines = 0,4 g ) que l’on trouve ses vertus bienfaisantes.
En effet ces graines contiennent une huile riche en acides gras essentiels que l’on ne rencontre que très rarement dans la nature et qui sont très recherchés par la pharmacie, la diététique et la cosmétique. Elle est utile pour les peaux fatiguées, les acides gras essentiels de la peau, pour les peaux sèches, contre les bouffées de chaleur lors de la ménopause, pour calmer les douleurs menstruelles.Elle est appelée aussi Primevère du Soir, car sa jolie fleur jaune s’épanouit à la tombée du jour pour faner le lendemain midi.
La bourrache a fait son entrée dans de nombreux jardins familiaux pour ses sommités fleuries utilisées en tisane comme diurétique.
La bourrache est une plante très mellifère.
De ses fleurs bleues en forme d’étoiles à cinq branches apparaissent des graines qui renferment une huile riche en acides gras essentiels et plus particulièrement l’acide gamma-linolénique. Elle a les même propriétés que l’huile d’onagre avec en plus une action sur les dermatoses ( eczéma, psoriasis etc ).
De manière générale, on utilise l’onagre dans de plus nombreux cas que la bourrache, souvent réservée aux problèmes de peau. Peut-être est-ce parce que cette dernière est plus chère, ou qu’elle a donné lieu à moins d’études publiées à ce jour ! Si la bourrache contient moins d’acide linoléique que l’onagre, elle contient pourtant plus d’acide gamma-linolénique et nombre de femmes en tirent des bénéfices accrus pour limiter les désagréments liés aux fluctuations hormonales.
L’huile de bourrache contient elle, des acides gras essentiels, et en particulier de l’acide alpha linolénique ou AAL (22%) et gamma linolénique ou AGL (24%). Ce dernier est responsable, en grande partie, de ses effets anti dessèchement, et favorise l’élasticité cutanée et le gommage des imperfections. Dépendant des conditions de plantation et des techniques de production, cette huile végétale contient de l’oméga 3, de l’oméga 6 et de l’oméga 9. Sinon, une huile de bourrache regroupe également une bonne dose de vitamine E, A, D et K.
L’huile d’onagre contient elle aussi cet acide gras AGL, mais en quantités moindres (8%). Il est à noter que ces 2 acides gras font partie de la grande famille de l’oméga 6. Sinon, l’huile d’onagre est aussi composée d’acide oléique classé parmi les oméga 9 avec une teneur variable entre 5 à 11 %. D’autre part, elle peut être une source de vitamine E, de phytostérol et d’acides triterpeniques. Bien au-delà du fait qu’elle renferme de l’oméga 9, 6, et une bonne dose de vitamine E, l’huile d’onagre est utile pour accélérer le traitement de certaines maladies: l’arthrite, le rhumatoïde et les diverses maladies de la peau.
Associée à une alimentation équilibrée, l’huile de bourrache constitue une alliée indéniable de votre santé.
L’huile végétale d’onagre, prise par voie orale, a la réputation de soulager certains symptômes liés aux troubles pré-menstruels et à la ménopause, notamment l’irritabilité et certaines douleurs.
Donc toutes les deux sont reconnues pour leurs bienfaits sur la souplesse, la résistance, l’hydratation de la peau, pour améliorer le bien-être au féminin, agir à toutes les étapes de la vie d’une femme .
L’association de ces deux huiles nourrit en profondeur la peau et permet le maintien de son hydratation cutanée, permettant ainsi de limiter les signes de l’age.
Difficile de choisir entre les deux. Soit vous faites une cure de l’une puis de l’autre et vous vous faites un avis propre à vos besoins, soit vous optez pour la solution de prendre des capsules contenant une association des deux huiles.