Règles douloureuses : l’endométriose

De l’adolescence à la ménopause, les règles rythment la vie féminine . Longtemps taboues, nous commençons à nous ouvrir à cette souffrance que nous, les femmes, pouvons subir chaque mois !
Lors de mon adolescence et même plus tard, en tant que femme et mère, j’ai eu des douleurs intenses avant et pendant mes règles . Mais à cette époque tout paraissait normal . Une femme souffre lors du cycle et il est normal de subir et de se taire ! Mais ce problème peut considérablement gâcher la vie des femmes : absentéisme scolaire et répété au travail, vie sociale, vie intime, c’est la qualité de vie qui est altérée dans son ensemble . Alors n’hésitez pas à en parler à votre gynécologue, à votre médecin et à votre naturopathe . Ils peuvent vous aider à atténuer la douleur . Malheureusement, l’auto-traitement est souvent la règle et le recours aux antalgiques est souvent la seule solution envisagée . Et pourtant …

Mais attention ! Dans le phénomène des règles douloureuses , le phénomène d’inflammation menstruelle peut être lié à un déséquilibre hormonal, fréquent lors de l’installation des premiers cycles à la puberté, lié aux perturbateurs endocriniens ou malheureusement à une pathologie plus sévère comme l’endométriose que l’on va découvrir, très souvent après 30 ans .

Qu’est ce que l’endométriose ? C’est un problème gynécologique qui se caractérise par la présence de muqueuse utérine en dehors de la cavité utérine . Elle se développe notamment au niveau des ovaires, du tube digestif et du pelvis . En cause : un reflux de sang menstruel vers d’autres organes, ou encore la migration de cellules de l’endomètre dans d’autres parties du corps qui se déplacent par la circulation sanguine . Le tissus de l’endomètre vient alors se greffer sur un nouveau site provoquant alors toutes sortes de problèmes :
-des dysménorrhées
-des relations sexuelles douloureuses
-des douleurs pelviennes
-de la difficulté à uriner
-et/ou de la difficulté à éliminer les selles
-des douleurs lombaires et abdominales
-des saignements prémenstruels
-des ménorragies ou rectorragies
-de la fatigues chronique
-des troubles de la fertilité
-des troubles digestifs…

Il n’existe pas aujourd’hui de traitement définitif, même si la chirurgie et l’hormonothérapie peuvent endiguer l’évolution de cette maladie durant plusieurs mois ou années selon les cas . Dans de rares cas, une femme peut vivre sans aucun traitement particulier mais la plus part du temps un suivi médical à vie est nécessaire !

Aujourd’hui de nombreux conseils d’hygiène de vie « anti-endométriose » existent et permettent aux femmes atteintes d’endométriose de calmer l’inflammation, limiter les excès d’œstrogène et de soulager les désordres associés à cette pathologie:
-le stress accentue le déséquilibre cortisol/progestérone
-l’alimentation
-l’activité physique adaptée
-soutenir le travail du foie et des intestins…

C’est un phénomène sociétal qui mérite qu’on s’y arrête ! Car la douleur ne doit pas être une FATALITE …

Rapprochez-vous de votre naturopathe qui pourra, non pas vous guérir, mais vous aider à vous soulager et peut être à ralentir l’évolution de la maladie, tout en conservant un suivi médical .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 × 3 =